Origine du safran du Gâtinais

Le safran et le Grand Pithiverais c’est une très longue histoire. Cette plante, bien connue durant l’antiquité par toutes les grandes civilisations, a fait son apparition dans le Grand Pithiverais durant le moyen âge. Elle fut, en effet, très probablement ramené lors d’une croisade. C’est alors entre le Gâtinais et la Beauce que cette plante a posé ses racines.  Et plus précisément autour de Beaune-la-Rolande et de Boynes.

Le safran s’installe plutôt rapidement sur notre territoire. Mais il faudra cependant attendre la fin du XVIIème siècle pour que la culture du safran soit officiellement reconnue par un édit du roi. C’est alors le début de l’hégémonie de Boynes et du safran français. Du XVIème au XIXème siècle, Boynes est en effet reconnue comme la capitale mondiale du safran. Les marchands de toute l’Europe viennent à Boynes, Beaune-la-Rolande et Pithiviers faire leur achats. Le nom Safran du Gâtinais devient ainsi célèbre dans toute l’Europe.

Déclin et renouveau du safran du Gâtinais

La fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle sont fatales à la culture du safran. Les problèmes climatiques détruisent une grande partie des champs dans un premier temps. Ensuite l’exode rural prive les champs de main d’œuvre. Si bien que le dernier champs de safran disparaît ainsi en 1930.

Le renouveau du safran dans le Grand Pithiverais s’amorce en 1987. La création d’une association qui réintroduit la culture du safran change tout. Cette culture historique revient alors pas à pas sur notre territoire. Aujourd’hui plusieurs exploitants cultivent le safran en honorant la tradition de ce territoire et il vous est même possible de vous plonger au cœur de l’histoire du safran au musée du safran de Boynes !