André Ève, star du Grand Pithiverais

André Ève était un homme hors du commun. Peu de gens oseraient se comparait à lui en ce qu’il concerne le savoir des roses. Il débarque à Pithiviers en 1958 lorsqu’il fait l’acquisition de sa première pépinière. Très vite il devient incontournable dans le Grand Pithiverais, en France et même dans le monde lorsque l’on parle de roses. En 1968 il a créé sa première rose : Sylvie Vartan®, une rose double presque fuschia. C’est ainsi que le talent d’André Eve se révèle. Il donnera naissance à 33 variétés portant souvent des noms de femmes: Sophie, Sandrine, Suzy, Suzette ou Suzon… Dans son jardin il fait naître une nouvelle tendance : associer les roses aux plantes vivaces. De nombreux jardiniers ont ainsi trouver leur inspiration auprès d’André Eve. Ce mariage donne au jardin un air de romantisme et lui permet d’être fleuri presque toute l’année.

La roseraie de Morailles où André Ève a longtemps œuvré

La roseraie de Morailles où André Ève a longtemps œuvré, photo par Joris Zebouloun

Les roses inventées par André Ève

Pour ses débuts, il a donc créé “Sylvie Vartan”. Un rosier polyantha au feuillage vert foncé, très sain. Sa floraison et sa remontée sont exceptionnelles en bouquets. A partir de cette création, André continue alors d’explorer ce chemin avec  “Prestige de Bellegarde”, un petit polyantha très remontant. Il porte de gros bouquets de fleurs rouge vif semi-doubles, à l’ancienne, superbe dans un vase. Il y eu aussi “Red Parfum”,  “Albert Poyet”, puis les rosiers parfumés “Sophie” et “Sandrine”. Les rosiers lianes “Suzon”, “Suzy” et “Suzette”, à la végétation généreuse de plus de dix mètres. En 2000, il créée “Miss Lorraine”. Une rose à fleurs doubles d’un joli rose dragée, baptisée en l’honneur de Sophie Thalmann, Miss France. Le rosier reçu la médaille de la Ville d’Orléans au concours de roses en 2002. Il y a aussi les plus récentes “Coraline”,  “Excentrique”,  “Rosée du Matin” et “Théo”. Tout une famille que les amoureux de roses s’arrachent.

Les roses anciennes d’André Ève

Non content d’inventer de nouvelles espèces de rosiers, André Ève réussit l’exploit de recréer des espèces ancestrales de roses qui avaient alors disparu. Des trésors presque disparus qui renaissent dans son jardin personnel à Pithiviers. Des variétés botaniques et anciennes issues de greffons provenant de roseraies de collection, de jardins en Angleterre ou données par des amis. Dans son jardin d’exposition de Morailles à Pithiviers, il relance un lieu de production et de commercialisation de roses anciennes, vieilles de plusieurs milliers d’années et de quelques jeunettes du siècle dernier. Il s’associe avec Jérôme Paris et se spécialise dans la vente par correspondance aux particuliers de rosiers anciens et de quelques hybrides modernes. Petit à petit, la collection dans la pépinière s’agrandit avec 600 variétés de roses anciennes et modernes, sarmenteux, buissons et arbustes, soit l’ensemble des rosiers présentés dans le catalogue ‘Les Roses anciennes André Eve’.

Atelier d'André Ève dans son jardin personnel à Pithiviers

Atelier d’André Ève dans son jardin personnel à Pithiviers, photo par Joris Zebouloun

Où trouver les roses d’André Ève

André Eve a travaillé avec plusieurs jardins du Grand Pithiverais. Il est donc possible de visiter ces jardins pour trouver les créations d’André Eve. Le lieu le plus incontournable pour partir à la rencontre de ses roses est bien sûr son jardin personnel qui se trouve à Pithiviers. Ensuite, il y a son ancienne roseraie à Morailles au sud de Pithiviers. Enfin, il a travaillé avec le Grand jardin du Théâtre des Minuits, le château de Chamerolles et la pépinière “Roses anciennes d’André Ève”.